• Om Mani Padme Hum

     

    Le mani.jpg

    Voici la correspondance la plus courante pour chaqu'une des six syllabes (hors syllabe hri) :
    :arrow: (1)- La première syllabe OM est traditionnellement visualisée en blanc. Cette syllabe symbolisent à elle seule le corps, la parole et l'esprit du pratiquant (mais dans le même temps, elles symbolisent également le corps, la parole et l'esprit purs et d'un bouddha). Cette syllabe qui correspond donc à la perfection de la concentration, purifie les négativités qui découlent de l'orgueil. Ainsi, même si nous avons le potentiel karmique de renaître dans le royaume des "dieux" (skt, devas), cette syllabe scelle les portes de cette renaissance. En récitant cette syllabe, son activité va augmenter jusqu'à ce qu'elle soit aussi grande que celle de la divinité Brahmanique la plus puissant, Indra.
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Ratna-Sambhava (*).

    :arrow: (2)- MA est en vert. Elle correspond à l'activité des bouddhas, née de l'amour sans limite. Cette syllabe correspond à la perfection de la patience et scelle la porte de la renaissance dans le domaine des "demi-dieux" (skt, asuras), qui est le résultat de la jalousie.
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Amogha-Siddhi (*).

    :arrow: (3)- La couleur de NI est jaune. Elle correspond au mode de réalisation des actions de tous les bouddhas par le corps, par la parole et par l'esprit. Elle représente la perfection de la morale, purifie la saisie en nous libérant des quatre portes de la naissance, de la maladie, de la vieillesse et de la mort, ce qui scelle la porte de la renaissance dans le monde des humains (skt, manusya). Sa récitation permettra d'atteindre le niveau d'activité du bouddha historique Shâkyamuni.
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Vajra-Dhara (*).

    Le terme MANI (signifiant « joyau » en tibétain), symbolise les moyens de la méthode, l'intention altruiste de devenir illuminé, la compassion et l'amour infini. Ainsi, de la même façon qu’une pierre précieuse est capable d'éloigner la pauvreté, de même, l'esprit altruiste d'éveil est capable d'écarter les nombreuses difficultés de l'existence cyclique (et de la soit disant paix solitaire). Pareillement, tout comme un joyau exauce les désirs des êtres sensibles, l'intention altruiste de devenir un être illuminé accomplit les souhaits des êtres sensibles.

    :arrow: (4)- La syllabe PAD est de couleur bleu ciel. Elle est l'incarnation même de l'équanimité illimitée et correspond à la perfection de la sagesse. Elle supprime les négativités causées par l'ignorance et scelle la porte de la renaissance dans le règne animal (skt, tiryanca).
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Vairochana (*).

    :arrow: (5)- La couleur de ME est rouge. Elle correspond à la perfection du don et scelle la porte de la renaissance dans le royaume des fantômes affamés ou esprits avides (skt, pretas).
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Amitâbha (*).

    Le terme PADME (signifiant « lotus » en tibétain), symbolise la sagesse. Tout comme la fleur aquatique qui s’extrait du limon sans être souillée par la boue, de même la sagesse peut nous placer dans une situation de non contradiction (alors qu'il y aurait forcément contradiction sans posséder la sagesse). Il y a ainsi plusieurs forme de sagesse : la sagesse qui réalise l'impermanence des choses, celle qui réalise que les personnes sont vides d'existence substantielle (la vacuité), celle qui réalise le vide de la dualité des choses (c'est-à-dire la différence d'entité entre le sujet et l’objet), et la sagesse qui réalise la pleine vacuité de l'existence inhérente. Bien qu'il y ait ainsi différentes sortes de sagesse, la principale d'entre elles à retenir est néanmoins celle qui réalise la vacuité.

    :arrow: (6)- La couleur de la syllabe HUM est bleu sombre. Elle correspond à la perfection de la sagesse. Elle a le pouvoir de purifier les activités réalisées sous l'emprise de la haine et scelle la porte d'une renaissance dans les enfers (skt, naraka).
    La récitation de cette syllabe permet d'atteindre l'Eveil dans la famille du bouddha Akshobhya (*).

    La pureté (apportée par l’illumination) devant être acquise par l'unité indivisible de la méthode (MANI) et de la sagesse (PADME), on la symbolise par la syllabe finale HUM, qui traduit alors l'indivisibilité des deux constituants. Cette indivisibilité (de la méthode et de la sagesse) se réfère donc à la sagesse affectée par la méthode, et à la méthode affectée par la sagesse.

    Ainsi, les six syllabes de ce précieux mantra signifient qu'en fonction de la pratique d'une voie (qui est donc l'union indivisible d'une méthode et d'une sagesse), nous pouvons transformer notre corps, notre parole et notre esprit impurs en corps, parole et esprit purs d’un bouddha.

    II est traditionnellement répété qu'il ne faut pas essayer de chercher la bouddhéité hors de soi, car les matériaux essentiels pour y parvenir se trouvent à l'intérieur. Ainsi : « Tous les êtres ont naturellement la nature de bouddha dans leur propre continuum ». Nous avons en nous-mêmes le germe de la pureté, qui doit être actualisé, transformé et pleinement développé en bouddhéité.


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Octobre 2017 à 15:22

    Bonjour  Nadou

    Très intéressant tes articles

    Je passe avec le soleil te souhaiter un

    Nous venons de tondre les pelouse avant et arrière en espérant que ce sera la dernière fois.

    J'espère que tu as passé un bon week-end et que tu vas bien.

    Prends soin de toi

    Mes amitiés

    Gros bisous

      • Lundi 16 Octobre 2017 à 15:52

        Merci ma Cigalix

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :